Une chaudière mal entretenue associée à une mauvaise aération du local entraîne accidentellement une intoxication au monoxyde de carbone. Connaître les éléments suivants vous permettra heureusement d’éviter un tel incident.

Quels sont les types concernés

Tous les dispositifs de chauffage ayant une puissance allant de 4 à 400 KW devraient faire l’objet d’un entretien annuel, qu’ils soient au gaz, au fioul, au charbon, au bois ou multi-combustibles. Ce travail relève uniquement de la compétence d’un chauffagiste. Ce dernier remet une attestation à l’occupant 15 jours après son intervention.

À quoi consiste l’entretien ?

Le travail consiste essentiellement à procéder au nettoyage et à la vérification du système de réglage. Le professionnel en charge devrait aussi évaluer les polluants atmosphériques. À l’issue de sa prestation, il donne des conseils permettant au propriétaire de bien utiliser son appareil sans oublier les éventuelles améliorations, les pièces à changer ou à nettoyer sur l’ensemble du système. Si besoin est, il recommandera le remplacement du dispositif.

L’entretien d’une chaudière apporte de nombreux avantages à savoir de réduire les risques d’émission de monoxyde de carbone qui est un gaz invisible et inodore, mais qui reste nocif. Il peut causer des migraines, des vertiges ou encore des sensations de nausée.

Son entretien assure notamment les performances de l’installation permettant de réduire la consommation d’énergie lorsque vous vous chauffez et diminuer vos coûts. Cela aide également à améliorer l’espérance de vie de la chaudière : elle pourra ainsi fonctionner de manière optimale. De plus, cela permet de réduire le rejet de polluants dans l’atmosphère.

Ainsi, l’entretien de votre chaudière s’effectue par un nettoyage intégral comprenant les mécanismes intérieurs et extérieurs ainsi que le corps de chauffe, le brûleur, le condensateur puis le conduit d’évacuation des fumées.

Les sanctions liées au non-respect de la règle

Aucune sanction ni amende en cas de défaut d’entretien annuel n’est stipulée par la loi en vigueur.

Toutefois, si le locataire quitte le bien sans remettre le certificat au bailleur, ce dernier a le droit de soustraire sur le dépôt de garantie les frais des travaux à réaliser. Si jamais l’équipement provoque un accident, l’assureur a le droit de ne pas couvrir la victime.

Notez que la maintenance d’une chaudière dans un immeuble d’habitations collectives est à la charge du propriétaire ou du syndicat des copropriétaires.

Voter

Ne manquez pas nos autres contenus :