La première étape de toute création d’entreprise est de prendre la mesure de votre détermination. Vous et vous seul devrez porter votre projet jusqu’à son terme. Si vous manquez de motivation, vous ne réussirez pas à concrétiser vos idées. Votre société doit être soutenue par un véritable investissement de votre part, et ne pas être le fruit d’une lubie ou d’un ennui passager.

Vous devrez ensuite entamer une période de réflexion au cours de laquelle vous élaborerez votre business plan (visitez ce lien pour plus d’informations) :

  • Le concept : présentez votre vision de la société, votre produit ou votre service, ainsi que votre équipe. Mettez en avant les points forts de votre projet.
  • L’étude de marché : ciblez votre public et définissez la concurrence.
  • Les besoins financiers : mettez en rapport votre capacité de financement, vos prévisions de chiffre d’affaires et l’estimation de votre rendement.
  • Le business model : comment comptez-vous réaliser des bénéfices ? Quelle sera votre stratégie de communication ? Comment prévoyez-vous de développer votre activité ?

Le statut juridique de la société

Selon l’idée que vous avez de votre projet, vous pouvez opter pour une création d’entreprise individuelle ou une société de capitaux :

  • Individuelle : c’est le statut juridique le plus simple, dans la mesure où le dirigeant et la société sont la même personne (à découvrir sur ce site).
  • EURL ou SARL : ces statuts définissent la firme comme une personne morale, son existence est donc indépendante de ses dirigeants. Leur patrimoine est séparé, ce qui cloisonne les risques de saisie de biens personnels en cas de difficultés financières. L’EURL ne comporte qu’un seul associé, tandis que la SARL peut en compter entre 2 et 100. La responsabilité de chacun correspond à la hauteur de leur apport dans le capital social.
  • SAS : il s’agit d’une forme de compromis entre la structure de la SA et la souplesse de la SARL. La création d’entreprise en SAS ne nécessite pas de capital minimum, protège le patrimoine des associés, dont le nombre maximum n’est pas fixé. D’autre part, il n’est pas nécessaire de convoquer des assemblées générales pour décider d’un éventuel changement de statut.
  • SA : un capital minimum de 37 000 euros est requis pour créer une société anonyme. Son fonctionnement relativement lourd implique un conseil d’administration comptant entre 3 et 18 membres. Les actionnaires se réunissent quant à eux lors d’assemblées générales ou les décisions les plus importantes doivent être prises.

Chaque statut est soumis à un régime fiscal différent (impôt sur le revenu, sur les sociétés…), il convient donc de vous informer sérieusement sur ces spécificités. Une fois votre décision prise, vous serez libre d’enregistrer vos statuts aux impôts.


Financer et démarrer une activité

En amont, vous aurez réfléchi à la manière financer votre création d’entreprise. Dans l’idéal, prévoyez un budget plus important que le résultat de vos calculs. Pour monter votre financement, vous devrez réunir votre apport personnel, celui des investisseurs que vous pourrez mobiliser, votre crédit bancaire ainsi que les aides auxquelles vous avez droit.

Votre dossier doit ensuite être remis au centre de formalité des entreprises pour recevoir votre immatriculation. Celle-ci obtenue, le processus ne s’arrête pas là. Vous devrez commencer à gérer votre firme et vous efforcer d’en maîtriser la montée en régime.

Quelles sont les étapes pour la création d’une entreprise ?
5 (100%) 3 votes

BRANDT Valentin

Créateur de Geekeries.fr. Référentiel de ressources WordPress en Français qui a vu le jour pour la toute première fois en 2007. Je publie régulièrement des plugins, des outils SEO, des ressources et de l'actualités pour améliorer votre expérience avec le CMS WordPress.

Ne manquez pas nos autres contenus :